Les axes de la conférence

Les axes de la conférence

L’école, lieu privilégié de l’éducation, a un rôle central à jouer dans la promotion de la santé. Cette relation entre la santé et l'éducation forme la base du système de l'école promotrice de santé. Il s’agit donc de mobiliser les enfants et les différents acteurs de l’environnement scolaire dans une démarche positive et globale de la santé pour le développement et l’organisation d’actions pour la promotion de la santé des générations futures. Mais au-delà de cette volonté, quelles sont les stratégies à développer pour une action concertée de l’éducation et de la santé ? Comment définir les actions prioritaires? Comment prendre en compte la question des discriminations, des inégalités et des déterminants de santé ? Comment assurer les apprentissages dans un environnement sain, favorable et bienveillant ?

Dans un contexte de pluralité d’approches, nous nous intéressons au rôle que jouent les institutions dans le domaine de la prévention. Quels sont les acteurs de la promotion de la santé et comment les différentes institutions interagissent entre elles dans ce champ ? Quelle est la place du système éducatif comme acteur de santé publique ? Quelles sont les stratégies de prévention en milieu éducatif qui ont démontré leur efficacité ? Comment adapter ces stratégies et les implanter de manière efficiente dans notre contexte socio-culturel ? Comment optimiser les actions communes en prévision des Objectifs de Développement Durable 2030 de l’OMS?

Le travail des familles dans les espaces domestiques sur les questions de santé est resté longtemps « invisible » . Or, les familles ne sont pas de simples consommatrices de soins, elles en sont aussi productrices . La famille occupe une place à part entière dans le système de soins dans lequel une vision plus large, le care, inclue les actes relationnels, psychologiques, affectifs, etc…. En outre, le soin filial de première ligne est majoritairement du ressort des femmes /mères, ce qui révèle une inégale répartition des tâches entre les femmes et les hommes. Dans cette perspective, quels rôles peuvent jouer les familles dans le domaine de la promotion et de l’éducation à la santé, notamment par l’entremise des savoirs profanes ? En quoi le care peut-il s’y inscrire et comment le genre le conditionne-t-il dans nos sociétés ?

L’éducation à la santé vise à amener les individus et les groupes à accroitre leurs niveaux d’autonomie et de responsabilité en matière de santé. Dans cette perspective, la charte d’Ottawa propose un axe majeur d’intervention centré sur l’amélioration des compétences psychosociales des individus. Ce modèle a montré son efficacité dans la prévention et la modification de plusieurs facteurs de risque. Il agit sur certains déterminants sociaux et éducatifs en améliorant la réussite scolaire et l’insertion professionnelle . Les associations culturelles et sportives et les autres structures éducatives ou sociales pourraient-elles constituer des espaces d’échanges privilégiés pour l’amélioration des compétences psychosociales et de l’estime de soi et favoriser ainsi la promotion de la santé ?

La démarche de prévention en entreprise recouvre un ensemble de dispositions en matière de santé et de sécurité au travail. Ses objectifs sont de garantir l’amélioration des conditions de travail des salariés et assurer leur bien-être ainsi que d’évaluer et prévenir les risques professionnels. Cette approche contribue également au développement économique de l’entreprise puisque l’impact du mal-être sur la productivité est aujourd’hui largement avéré. Pour cerner les enjeux de l’éducation ou de la formation à la santé en entreprise, cet axe vise à développer l'échange et la réflexion autour de différentes questions : Comment déployer et modéliser de façon pérenne et efficace un programme santé et bien-être en entreprise ? Comment y impliquer la médecine du travail? Quelles sont les actions préventives que l'entreprise doit s’engager à mettre en place en priorité ? Comment sortir les dispositifs d’éducation à la santé du cadre « communication-marketing » et mesurer leur efficacité économique à court, moyen et long terme ?

La mondialisation modifie les modes de vie et les modes alimentaires des populations et d’incessants épisodes d’exodes et de migrations ont abouti à une sur urbanisation effrénée. Face à ces bouleversements sociaux, à l’uniformisation des habitudes alimentaires, à la large consommation de produits agro-industriels corrompus biologiquement et chimiquement, et à l’exposition accrue des populations urbanisées à des environnements confinés et pollués, il devient urgent de réfléchir à des solutions contextuelles adaptées ; parmi elles, la mise en place de stratégies participatives d’éducation à la santé. Seront aussi évoqués et étudiés les aspects liés aux nouvelles formes de mobilité induites par la modernité et les fortes urbanisations et leurs liens avec l’accidentologie et ses alarmants taux de mortalité et d’estropiés de la route. Cet atelier tentera d’échanger des points de vue et d’envisager des solutions à ces problématiques en lien avec la santé environnementale, encore peu étudiée. Comment envisager des mesures d’intervention et de vulgarisation adaptées et efficaces pour l’éducation et santé ? Comment analyser le contexte actuel de nos sociétés et de leurs mutations ?